Quand les chefs d'un jour partent en voyage... imaginaire

D’habitude, à travers ses couleurs, ses textures, son odeur, et toutes les sensations qu’il nous procure, chaque plat nous raconte une histoire. En septembre, dans les ateliers « voyage et contrée imaginaire », on a fait les choses à l’envers : on a écrit les histoires… puis inventé les plats !

Et on s’est fait plaisir ! On est partis en voyage loinnnnn. On vous raconte ?

On a marché jusqu’au Ouakanda d’abord, berceau des légumes de l’humanité dont sont issus les ouakandais, peuple nomade qui transportent graines et aliments de continent en continent grâce à la poche qu’ils ont sur le ventre. On s’y est goinfré de roulododus.

 

Puis on s‘est rendus en Blanquisie, contrée glaciaire peuplée d’ours polaires. C’est pour alerter les humains sur la fonte de leur chère banquise que les ours confectionnent puis leur envoient des petites friandises à base de raisins, de chocolat blanc et de noix de coco appelées larmes d’ours polaires.

Les ours nous l’avaient déconseillé mais au retour on a quand même fait un détour par Pic pic colère, une contrée aride dont les habitants passent leur temps à s’énerver pour un rien. On y a gouté (seuls dans notre coin) les rochers de la colère, une spécialité locale piquante, sèche et salée… on déconseille.

Pour se changer les idées on s’est envolés pour La face cachée de la lune, une contrée invisible depuis la terre où il fait parfois très chaud, parfois très froid, et où les choses ne pèsent rien (et c’est tant mieux : on peut manger beaucoup du coup!). On y a gouté des toasts d’étoiles au pâté de champignons lunaires et rondelles de légumes « super résistants » et c’était bien bon.

Comme on était fatigués par tant de route, au retour on a fait une halte à l'« Entre deux ciels », une contrée située au milieu de nulle part et constituée de collines cotonneuses où on cultive l’insouciance et où le temps n’existe pas. On s’y est un peu attardés… le temps de se délecter d’un velouté céleste au potimarron et de biscuits courge-chocolat à l’équilibre parfait.

A notre retour à l’Avant-Goût, on a décidé de recuisiner chaque spécialité pour la faire partager aux visiteurs de la Médiathèque Jean Levy à l’occasion de la nuit des Bibliothèques qui a eu lieu samedi dernier.

Merci aux visiteurs de la Médiathèque pour leur appétit et leur curiosité sans failles. Et merci à Corinne, Majeda, Felix, Fernando, Idrissa, Marwa, Sarah, Pascal, Mathilde, Jérémie, Blanche, Thérèse, Michel et Anne qui ont bien voulu plier bagage avec Les Sens du Goût!

 

 

Quand les chefs d'un jour partent en voyage... imaginaire

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :